Image d'entête (header.png)
Titre : Section musique (titre_musique.png) Retour au sommaire

9.9. Le Batanga.

   

9.9.1. La naissance du Batanga.

Le rythme Batanga est un dérivé du Mambo qui fut crée en 1952 par le pianiste Dionisio Ramón Emilio 'Bebo' Valdés Amaro.

Batanga - 'Bebo' Valdés

'Bebo' Valdés

En effet, à l'image de Dámaso Pérez Prado avec le Mambo, 'Bebo' Valdés, pianiste de l'orchestre du cabaret Tropicana, a cherché à moderniser les rythmes existants dans les années 1940. Dans une interview réalisée en 2007 par Lissette Corsa, 'Bebo' explique comment il a crée ce rythme : il a pris le rythme de deux des trois tambours batás joué dans un toque (rythme) pour Obbatalá (divinité Yoruba dans le culte de la Santería). Se sont ensuite ajoutés deux congas (l'un jouant les accents et l'autre répondant). Puis il a repris le tumbao que 'Cachao' López jouait plus ou moins dans son Mambo. 'Bebo' ajoute à cela des timbales et crée le rythme Batanga. Dans d'autres entrevues, il indique qu'il a été aidé par le percussioniste Cándido Camero de Guerra au cabaret Sans Souci.

Batanga - Cándido Camero

Cándido Camero

Le 8 juin 1952, 'Bebo' et sa formation Ritmo Batanga composée de Nilo Argudín, Dagoberto Jiménez, 'El Negro' Vivar, 'Chocolate' Armenteros et Pedro Rodríguez aux trompettes, Alberto Martí, Generoso Jiménez et Miguel Reina aux trombones, Víctor del Castillo au cor, 'el Cabito' Quesada, Roberto Sánchez, Gustavo Más, 'Ñico' Romero et Diego 'Bebo' Loredo aux saxophones, 'Kiki' Hernández à la contrebasse, Guillermo Barreto à la batterie, Rolando Alfonso et Arturo Linares aux tumbadoras, Trinidad Torregrosa au tambour batá, 'el Indio' Cruz et Ezequiel Cárdeas au chant et bien sûr, 'Bebo' au piano, fait connaître son rythme grâce à la diffusion d'une émission live sur les ondes de la radio RHC cadena Azúl. Pour 'Bebo', la section de trombones permet de combler le vide qui existe entre les sonorités graves et aiguës de l'orchestration de Pérez Prado.

Le rythme est beaucoup plus riche que celui du Mambo duquel il dérive et propose, contrairement à celui-ci, de larges espaces aux solistes comme 'Bebo' pouvait l'observer et le faire dans le Jazz. Complexe, il n'est accessible qu'aux meilleurs percussionistes et reste très difficile pour les danseurs. 'Benny' Moré entre dans l'orchestre et contribue à la diffusion du Batanga sur les ondes de RHC Cadena Azúl avant de former son ensemble.

Le Batanga ne se propagera pas plus loin que les côtes de l'île et ne vivra pas longtemps. Selon 'Bebo', il ne prit pas car le Mambo était à ses plus beaux jours et que le Batanga ne possédait pas de chorégraphie et de danse propre.

Selon le musicologue cubain Leonardo Acosta dans son livre Raíces del Jazz latino, le Batanga est une révolution musicale similaire à ce qu'apportèrent Francisco Raúl 'Machito' Gutiérrez Grillo et Mario Bauzá à New-York ou Dámaso Pérez Prado au Mexique en permettant aux tambours batás, d'origine liturgique, de faire irruption dans la musique populaire. Ce travail sera d'ailleurs poursuivit par le Jesús Dionisio 'Chucho' Valdés, le fils de 'Bebo' avec Irakere.

9.9.2. Le rythme.

Voici un exemple de rythme Batanga joué par José Luis 'Changuito' Quintana Fuerte dans la vidéo Evolution of the Tumbadoras :

Batanga (congas)

Batanga (congas)

  Extraits sonores  

9.9.3. À voir.

9.9.4. Références.

Le Batanga :

'Bebo' Valdés :

Site XHTML 1.1 et CSS valide - Javascript conseillé (fond_page.png)