Image d'entête (header.png)
Titre : Section musique (titre_musique.png) Retour au sommaire

6.3. La Canción.

   

6.3.1. Naissance de la Canción.

Au début du 19ème siècle, la bourgeoisie affiche son goût pour les "chansons de salon" : Romances françaises, Lieds germaniques, Arias de l'Opéra italien (qui inspire fortement la musique espagnole depuis le 18ème siècle), chansons napolitaines (le royaume des Deux-Siciles était sous domination espagnole durant une partie du 18ème siècle), Valse lente... À celles-ci s'ajoutent des formes musicales espagnoles comme la chanson espagnole (Romances, Tiranas, Polos ou Boleras) et la Tonadilla du théâtre musical.

Le musicologue Argeliers Leon décrit cette forme musicale du 19ème siècle : "des lignes mélodiques entortillées, pleines de détours figuratifs en forme de gruppettos et d'appoggiatures, et de textes alambiqués dont les images étaient à la fois obscures et énigmatiques".

D'abord interprétées telles que jouées en Europe, avec une métrique en 3/4, elles se teintent d'un sentiment d'indépendance à partir du milieu du 19ème siècle. Ces chansons tendres, romantiques et idylliques qui célèbrent l'identité cubaine prennent le nom de Canción ou Canción Cubana. Des auteurs-interprètes issus de la classe populaire s'emparent de ce genre musical. La Canción s'enrichit encore un peu plus d'éléments populaires nationaux.

La chanson La Bayamesa composée en 1851 est considéré comme étant la première Canción Cubana. Sa création fut provoquée par Francisco Castillo Moreno qui demanda de l'aide à 2 amis pour écrire une chanson de réconciliation avec son épouse, Luz Vázquez, qui était un peu distante ces derniers jours. Ainsi, Carlos Manuel de Céspedes del Castillo lui prêta main forte pour la mélodie et José Fornaris écrivit les paroles. Guitare en main, ils chantèrent cette sérénade au petit matin du 27 mars 1851. La corina (anonyme) ou Es el amor la mitad de mi vida (José Marín Varona) sont d'autres exemples.

Le trovador 'Pepé' Sánchez est reconnu comme celui ayant donné sa forme créolisée définitive à la Canción Cubana. Par la suite, avec l'arrivée de la Criolla, la Canción se débarrasse définitivement de ses multiples influences européennes et sa signature rythmique devient le 2/4. L'apparition de la Trova est imminente.

6.3.2. Instrumentation.

La Canción Cubana est avant tout chantée, en solo ou souvent en duo. La voix est la plupart du temps accompagnée par une simple guitare. Parfois des percussions mineures peuvent souligner la mélodie.

6.3.3. Le complexe de la Canción.

Aujourd'hui, la Canción désigne également un complexe musical, un ensemble de formes musicales dont les caractéristiques sont proches. Le chant, élément central, est souligné par un accompagnement instrumental qui a évolué au cours du temps. Le rythme est souvent trop lent pour être dansé. Le complexe de la Canción inclut la Criolla, la Trova, la Guajira, le Canto de Clave, le Filín, la Nueva Trova... pour n'en citer que quelques uns.

6.3.4. Références.

La Canción :

  • Le guide des musiques de Cuba d'Helio Orovio Diaz et Olivier Cossard, publié en 2001 aux éditions Mille et Une Nuits
  • LaJiribilla
Site XHTML 1.1 et CSS valide - Javascript conseillé (fond_page.png)