Image d'entête (header.png)
Titre : Section musique (titre_musique.png) Retour au sommaire

8.5. Le Cha Cha Chá.

   

8.5.1. La naissance du Cha Cha Chá.

Le violoniste Enrique Jorrín, après avoir joué dans divers orchestre comme la charanga des frères Contreras (1941), l'orchestre Hermanos Peñalver, La Ideal ou la Selecciones del 45, entre dans l'orchestre Arcaño y sus maravillas en 1945. Il compose alors plusieurs Danzón comme "Hilda" ou "Liceo del Pilar". Puis, dans la lignée du Danzón de Nuevo Ritmo, Jorrín commence à introduire des innovations personnelles et compose une série de titres incluant des montunos chantés collectivement comme "Doña Olga", "Lo que sea varón", "Central Constancia", "Osiris" ou "Unión Cienfueguera". Il les nomme Neodanzón.

Cha Cha Chá - Enrique Jorrín

Enrique Jorrín

Enrique Jorrín explique cette évolution comme ceci : "J'ai construit des Danzones dans lesquels les musiciens et moi-même chantions des petits refrains en chœur. Cela plut tout de suite au public donc j'ai poursuivi dans cette voie. Par exemple, dans "Central Constancia", j'ai intercalé des montunos bien connus. La participation croissante du public aux chœurs m'encouragea à composer plus de Danzones dans ce style. Chaque nouvelle association pour laquelle nous jouions demandait à être citée dans les paroles. C'est pourquoi j'ai proposé à l'orchestre de chanter systématiquement les refrains à l'unisson. Cela présentait 3 avantages : une meilleure clarté et compréhension des paroles, une plus grande puissance vocale et surtout, nous arrivions à compenser le manque de qualité des voix, car les musiciens n'étaient pas de vrais chanteurs.

Puis, en 1948, Jorrín modifie le style de "Nuncá", une chanson de Guty Cárdenas. Il conserve la première partie dans son style original et donne un souffle rythmique différent de la mélodie dans la seconde partie. Cela plut tellement qu'il décida de séparer du Danzón ses premières mesures, notamment le 3ème montuno.

De plus, ayant bien observé les mouvements chorégraphiques dans les salles de danse Prado y Neptuno et Silver Star, Jorrín remarque l'affolement des danseurs au moment des rythmes syncopés de la partie mambo dans le Danzón de Nuevo Ritmo. Les pas s'enchaînent en effet à contre-temps, c'est à dire sur la 2ème et la 4ème croche de la mesure en 2/4. Des danseurs à contretemps et des mélodies syncopées, que de contraintes pour créer un pas adapté à la musique ! Jorrín se met alors à composer des mélodies les moins syncopées possible, des mélodies que l'on peut pratiquement danser sans accompagnement musical. L'accentuation portée sur la 4ème croche de la mesure, caractéristique du Mambo, se déplace sur le 1er temps.

De ce mariage de la mélodie très dansante avec le balancement de cette opposition temps/contretemps naît en 1949 le titre "La engañadora". Ce titre considéré comme le premier Cha Cha Chá est structuré en une introduction, une partie A répétée 2 fois, une partie B suivie de la partie A et se termine par une coda en forme de rumba.

Dès 1951, Enrique Jorrín qui a rejoint l'Orquesta América de Ninón Mondéjar introduit dans les salles de danse le rythme de ce qui deviendra quelques années plus tard le Cha cha chá. En mars 1953, l'Orquesta América grave un 45 tours contenant en face A le titre "La engañadora" que connaissent déjà les danseurs depuis 1951, étiquetée par Jorrín mambo-rumba et en face B, Silver star, où apparut pour la première fois la dénomination de Cha Cha Chá car le refrain, repris à l'unisson, dit : "Cha cha chá, Cha cha chá, es un baile sin igual" (qui signifie "Cha cha chá, Cha cha chá, une danse qui n'a pas d'égal"). Ce disque remporte immédiatement un énorme triomphe.

Cha Cha Chá - Orquesta América

Orquesta América

Il est dit que Cha Cha Chá, initialement appelé Triple-Mambo, vient du bruit de frottement des pieds des danseurs sur le parquet quand ils ont essayé d'adapter leur façon de danser à la musique, créant la figure rythmique appelée escobillo. Certains disent que Jorrín, voyant les danseurs chercher un pas de danse, aurait fait une démonstration de quelques pas en imitant avec sa voix le son de ses chaussures sur le plancher, "cha-cha-chá". Puis ce nom aurait été utilisé en 1952 par le chœur dans Silver star. D'autres musiciens comme Antonio 'Musiquita' Sanchez expliquent que c'est une invention fortuite du joueur de güiro Gustavo Tamayo qui, lors d'une soirée dansante en 1952, déplaça le rythme dans la dernière partie de Silver star. Les danseurs, décontenancés, auraient alors traîné des pieds en cherchant comment retomber dans le rythme. Le bruit des semelles sur le parquet faisait "chhh chhh". Un des musiciens aurait alors improvisé le fameux refrain "Cha cha chá, Cha cha chá, es un baile sin igual".

Cha Cha Chá - Escobillo

Escobillo

  Extraits sonores  

Pour donner corps à ce succès aussi soudain qu'inattendu, Jorrín composa à partir de 1953, une série de Cha Cha Chás qui connurent une extraordinaire diffusion à Cuba, et dans le reste du monde : "Nada para ti", "Me muero", "Cógele bien el compás"... Avec l'Orquesta América, surnommé Los Creadores del Cha cha chá, Jorrín refait découvrir des morceaux qu'il avait déjà composé en 1949 comme "El alardoso" ou "El túnel".

Le triomphe fut tel, au sein de toutes les classes sociales et les catégories d'âge, que d'autre compositeurs se mirent eux aussi à écrire des Cha Cha Chás : Antonio Sánchez composa "Yo sabía", Félix Rafael 'Reina' Herrera Altuna écrivit le désormais classique "Angoa", Rosendo Ruiz Quevedo fit un triomphe avec "Rico vacilón" (1955) et "Los marcianos" (1955), Rafael Lay avec "Cero codazos", Rosendo Rosell sortit "La calculadora" et Eduardo 'Richard' Egües Martínez nous offrit un autre classique, "El bodeguero" (1956). Une flopée d'orchestres de type charanga virent leur cote grimper à une allure vertigineuse grâce au Cha Cha Chá : Sensación, Sublime, Neno Gonzáles, l'excellente Fajardo y sus etrellas, Melodía del 40, Aragón, Jóvenes Estrellas (qui prennent le nom de Maravillas de Florida en 1959)... Le nouveau genre conquit danseurs et auditeurs et aucun groupe ne put prétendre se soustraire à son influence. Radios, télévisions et juke-boxes (vitrolas) diffusèrent des titres au rythme contagieux comme "El agua de clavelito", reprise "à la Jorrín" de la fameuse chanson de Cárdenas, et bien d'autres encore.

En 1954, Enrique Jorrín qui pense que le directeur de l'Orquesta América, Ninón Mondéjar, est en train de lui dérober la paternité du Cha Cha Chá forme son propre orchestre. Il engage son frère Jesús (violon), Miguel O'Farrill (flûte), Orlando Mantecon (piano), Mario 'Papaito' Muñoz (congas), José Antonio Tenreiro 'Tito' Gómez et Aurelio 'Yeyo' Estrada (chant) et, peu après, Rudy Calzado.

Mais, parallèlement à l'Orquesta América mené par Ninón Mondéjar et celui de Jorrín qui s'installe au Mexique en 1955, l'Orquesta Aragón devient le principal porte-parole du nouveau genre. Le groupe avait été fondé en 1939 à Cienfuegos par le contrebassiste Orestes Aragón mais c'est le compositeur et violoniste Rafael Lay qui en prit la direction à compter de 1948. L'Orquesta Aragón s'installa à la Havane en 1955 où il réalisa une carrière unique, prestigieuse et inégalable, devenant en sorte la fine fleur du Cha Cha Chá auquel il donna ses lettres de noblesse. 'Richard' Egües qui pendant longtemps ne participa qu'épisodiquement devient le compositeur principal de l'orchestre. À Cuba comme hors des frontières, la popularité du groupe reste intacte plusieurs décennies durant ; l'Orquesta Aragón est, à n'en pas douter, un des grands groupes cubains qui a le plus voyagé autour du monde.

Cha Cha Chá - Orquesta Aragón

Orquesta Aragón

Le succès du Cha Cha Chá engendre des dérivés musicaux. Le Mozambique avec le Mozan-Chá (Goza, Dora de l'Orquesta Aragón), le Boléro avec le Boléro-Chá, le Danzón avec le Danzón-Chá, le Son avec le Son-Chá, la Guajira avec la Guajira-Chá (Voy a Hablar con tu Papá de l'Orquesta Aragón), la Canción avec la Canción-Chá, le Rock avec le Rock-Chá ou Shake-Chá (Guasabeando el Rock and Roll de l'Orquesta Aragón), le Flamenco avec le Chá-Flamenco (Orquesta Aragón), la Samba avec la Samba-Chá (Orquesta Aragón), le Swing avec le Swing-Chá (Orquesta Aragón) et même le Rap avec le Rap-Chá (Cha Cuba de l'Orquesta Aragón)... se mélangent avec le Cha Cha Chá. Tous les rythmes soit-disant nouveaux des années 1960 qui découlent en réalité de rythmes anciens ou qui sont constitués d'amalgames de différents genres sont baptisés Zondán (inversion de Danzón) par Enrique Jorrín.

8.5.2. L'internalisation du Cha Cha Chá.

Le Cha Cha Chá cubain ayant conquis le monde, fut interprété en toutes les langues par des centaines d'artistes internationaux, qu'ils soient débutants, confirmés ou au sommet de leur gloire. La liste est trop longue, citons seulement pour mémoire Tito Puente, Dámaso Pérez Prado, Franck Sinatra, Chico O'Farill, Charles Aznavour, Willie Colon, Franck Pourcel, Edmund Ross, Rubén Blades, Dario Moreno et accordons une mention toute particulière au grand Nat King Cole. Amoureux de Cuba qui, avec son charme personnel, son swing naturel, son drôle d'accent et... des musiciens cubains, y enregistra et interpréta sur scène bon nombre de ses grands succès en espagnol.

Le Cha Cha Chá devra d'abord affronter la concurrence du Rock 'n' Roll avant de perdre sa cote de popularité dans les années 1960 au profit de la Pachanga.

Il ne fait aucun doute que le Cha Cha Chá, né de la veine créatrice d'Enrique Jorrín et de l'Orquesta América, fut le dernière "produit" véritablement universel de la musique populaire cubaine.

8.5.3. La rythmique.

Le Cha Cha Chá prend racine dans le Danzón et s'en différentie grâce à l'incorporation d'éléments issus du Danzón-Mambo comme l'utilisation des congas. Le Cha Cha Chá se joue à un tempo très modéré. L'instrumentation typique comprend une flûte, des violons, un piano, une basse, des congas, des timbales et un guïro. Les voix sont chantées à l'unission. Le cinquillo disparaît.

La rythmique repose sur la cloche qui marque les temps et le guïro qui joue la figure suivante :

Cha Cha Chá (guïro)

Cha Cha Chá (guïro)

  Extraits sonores  

Le rythme de congas est simplement dérivé de la marcha :

Cha Cha Chá (congas)

Cha Cha Chá (congas)

  Extraits sonores  
  Extraits sonores  

8.5.4. À écouter.

  • La Engañadora (1948) d'Enrique Jorrín - Cha Cha Chá
  • El baile del suavito de María Aurora Gómez - Cha Cha Chá
  • Me lo dijo Adela (1955) de Xavier Cugat - Cha Cha Chá
  • Los fantasmas (1956) de Rosendo Ruiz Jr - Cha Cha Chá
  • Señor Juez (1956) de Jorge Zamora - Cha Cha Chá
  • Cemento, ladrillo y arena (2007) d'Isaac Delgado - Cha Cha Chá
  • El Cha Cha Chá es la cosa (1993) d'Isaac Delgado - Cha Cha Chá

8.5.5. À voir.

8.5.6. Quelques chants.

"El bodeguero" :

Afficher le chant...

8.5.7. Références.

Enrique Jorrín :

Orquesta América :

Orquesta Aragón :

Le Cha cha chá :

Site XHTML 1.1 et CSS valide - Javascript conseillé (fond_page.png)