Image d'entête (header.png)
Titre : Section musique (titre_musique.png) Retour au sommaire

5.6. Les Charangas.

   

5.6.1. Origine des Charangas.

Les Charangas de Bejucal, petite ville proche de la Havane, ont vu le jour dans les années 1830 ou 1840. Le 24 décembre, les esclaves obtenaient de leur maître un jour de repos dans le but d'apaiser les tensions maître/esclave. Ils rejoignaient alors les Noirs libres et les Créoles dans les cabildos et se rendaient à l'église où ils étaient obligés d'assister à la misa de gallo. Une fois terminée, ils jouaient leurs rythmes, chantaient leurs prières et dansaient en l'honneur de leurs propres divinités puis ils déambulaient dans les rues principales de la ville accompagnés de leurs tambours, güiros (racloir en bois), botijas (instrument fabriqué en terre cuite et possédant un orifice par lequel il faut souffler pour produire un son grave proche de celui d'une contrebasse), quijadas (mâchoire inférieure de cheval, d'âne ou de mule qui est soit frappée afin d'en faire vibrer les dents comme un vibra-slap, soit frottée comme un güiro), guamo (coquille de conque strombus giga dans laquelle on souffle pour produire un son grave) et reja (soc de charrue).

Les Blancs acceptèrent la tenue de ces festivités et, par moquerie, baptisèrent le groupe africain de la musicanga ("pauvre musique repoussante"). Au fil du temps, Espagnols et Créoles sympathisants de la Couronne créèrent leur propre groupe, avec gaïtas (sorte de cornemuse), sifflets, guitares, panderetas (tambours sur cadre de fort diamètre) et mandolines, qu'ils nommèrent los malayos ("coq rouge"). La rivalité entre ces 2 bandos ("groupes") n'était que le reflet de l'opposition entre traditions africaines et traditions espagnoles. Elle se traduisait par la compétition du plus beau de char de parade illuminés de bougies et portés par quelques hommes.

Suite à la guerre d'indépendance en 1895, la musicanga se fit appeler la ceiba de plata ("le kapokier d'argent") associée à la couleur bleue (bando azul) et au scorpion et los malayos prirent le nom de la espina de oro ("l'épine d'or") symbolisée par le rouge (bando rojo) et le coq. Ces festivités perdirent peu à peu leur caractère religieux et les différences raciales et sociales s'estompèrent pour se transformer en grande fête. L'utilisation des bœufs pour tirer les chars se répandit. Lors de ces festivités, on pouvait apercevoir des personnages typiques comme :

  • la macorina, homme déguisé en femme aux grosses fesses et à la poitrine imposante qui fut créé en 1912. Elle porte un foulard sur la tête et tient une ombrelle à la main. Ce personnage est inspiré de María 'Calvo Nodarse' Constanza Caraza Valdés, mulâtre d'une incroyable beauté. On lui associe le célèbre refrain : "ponme la mano aquí Macorina... que me duele Macorina" ;
  • la mojigangas ou mujiganga, figure congo qui se caractérise pas un parapluie couvert de chiffons ;
  • la kulona ou culona ("gros-cul"), figure congo, le visage peint de couleurs vives, habillée d'un large pagne en fibres végétales et portant de nombreux colliers ;
  • la bollera ;
  • le yerbero.

5.6.2. Les Charangas actuelles.

Après la Révolution du début du 20ème siècle, les chars furent décorés selon des thèmes nationaux ou internationaux, historiques et culturels. Tirés par des tracteurs et électrifiés, leur décoration s'est complexifiée, atteignant des hauteurs de plus de 20 mètres de haut. Apparurent alors les sorpresas ("surprises"). Cachées à l'intérieur du char, elles portent la personnalité et les particularités du bando. Pour dévoiler toute leur beauté au dernier moment, les chars sont construits dans le plus grand des secrets, à l'abri des regards. Ils se dévoilent lorsque qu'ils atteignent leur emplacement traditionnel : devant le théâtre "José Martí" pour les ceibistas et devant le restaurant "Bodegón El Gallo" pour les espinistas.

Conga - Charangas de Bejucal

Charangas de Bejucal

La nuit est animée par le son des tambours qui jouent une Conga aux sonorités locales mais aussi du Son ou de la Rumba.

5.6.3. À voir.

5.6.4. Références.

Les Charangas de Bejucal :

Site XHTML 1.1 et CSS valide - Javascript conseillé (fond_page.png)