Image d'entête (header.png)
Titre : Section musique (titre_musique.png) Retour au sommaire

5.3. Le Mozambique.

   

Le Mozambique est une musique de carnaval créé en 1963 par Pedro 'Pello el Afrokán' Izquierdo Padrón et son frère Roberto.

5.3.1. Naissance du Mozambique.

'Pello' est né dans le quartier de Jesús María à la Havane, le 7 janvier 1933. Son père est un des percussionnistes de l'orchestre de Belisario López et sa mère est Madinga ("Madingue"). Dès son plus jeune âge, il côtoie nombre de percussionnistes de renom car le domicile familial est le lieu de rencontre entre son cousin Ramón 'Mongo' Santamaría Rodríguez, Agustín Gutiérrez et de nombreux congueros et rumberos. En 1959, 'Pello' crée sa propre formation avec laquelle il tourne dans les centres nocturnes dont le célèbre Tropicana. Elle est composée de 3 tumbadoras, de 2 bombos, de 2 campanas (cloches), de trombones, d'un chœur et d'un chanteur soliste.

Mozambique - Pello el Afrokán

Pello el Afrokán

Sur le modèle des formations qui défilent durant le carnaval, le musicien et compositeur Enrique Bonne fonde en 1960 ou 1961 (selon les sources) le groupe Tambores de Oriente composé de 54 percussionnistes (tumbadoras, bocús, galletas, quintos, campanas, catá, chekerés, güiro, corneta china...). Invité au carnaval d'Oriente, il est accueilli avec un grand succès.

Mozambique - Enrique Bonne

Enrique Bonne

En 1962, on propose à 'Pello' de jouer les percussions à la Escuela Nacional de Instructores de Arte (École Nationale d'Instructeurs d'Art) pour accompagner les cours de danse. C'est dans ce cadre qu'il peut se lancer dans diverses expérimentations musicales. Il reprent notamment l'idée d'Enrique Bonne mais comprend qu'il doit y ajouter des metales (cuivres) et proposer un pas de danse qui accompagne son rythme pour que le public adhère à sa proposition. 'Pello' et son frère Roberto Padrón enrichissent une base de Conga avec des rythmes de l'Afrocubain (Rumba, Iyesá...). Ils inventent alors 2 tumbaos (figures rythmiques), chacun joué à 2 congas. Le premier sera le rythme de Mozambique. L'autre sonne comme le pattern de Songo utilisé plus tard par le groupe Los Van Van. 'Pello' emploie ces rythmes au sein d'une large formation qui rassemble 12 tumbadoras, 2 bombos, 3 campanas, un sartén (poêle à frire), 4 trompettes et 3 trombones. Lui-même joue sur un set de 5 tumbadoras qu'il manie, selon lui, comme un piano. Aux côtés du chorégraphe Guanari Amoedo, il met au point une chorégraphie. 'Pello' explique que : "la danse, c'est comme marcher, marcher en cadence. Généralement, c'est le danseur qui crée, impose et exige la danse. Ses pas deviennent l'élément le plus dynamique dans la formation d'un rythme. Mais dans le cas du Mozambique, c'est le contraire qui s'est produit. J'ai utilisé pour ce rythme quelques éléments de danses cubaines folkloriques d'origine africaine".

À cette époque, les Beatles font fureur. Afin de freiner la pénétration de la culture américaine, le gouvernement cubain permet à 'Pello' de créer un programme qui est diffusé à la télévision. C'est le 6 juillet 1963, dans le programme "Ritmos de Juventud" ("Rythmes de jeunesse") que le public découvre le Mozambique. 'Pello', vêtu d'un impeccable costume de coutil blanc et d'un bonnet en peau de lapin blanc, est à la tête de sa large formation. Il est entouré de plusieurs danseuses, les afrokanas, qui font une démonstration de la nouvelle danse que le public peut apprendre. 'Pello' promeut aussi son rythme sur Radio Progreso, notamment dans l'émission musico-humoristique "Alegrías de sobremesa".

Le Mozambique, qui rajeunit le rythme de Conga, séduit de suite le public. Il se transforme en une véritable mode, sans même avoir besoin du gouvernement cubain qui soutient pourtant ce rythme dont les racines africaines permettent de l'opposer à l'influence yankee. Fidel Castro va jusqu'à poser avec 'Pello' pour une revue. Les tambours cubains remplacent la batterie américaine et les cuivres font oublier la guitare électrique.

Le Mozambique fait trembler la Havane dès le carnaval de 1964. Il atteint une telle popularité qu'il devient l'attraction des carnavals de la capitale et d'autres villes du pays. La jeunesse de l'Université de la Havane et la comparsa de la FEU (Federación Estudiantíl Universitaria) se saisissent de ce rythme. Grâce à Roberto Vizcaíno et Osmel Francis, dirigeants de l'Université, 'Pello' parvient même à réunir une centaine de tambours pour divers concerts à l'Université de la Havane.

L'origine du nom de ce rythme est assez obscure. 'Pello' l'aurait appelé ainsi en hommage pour le peuple du Mozambique qui luttait alors pour son indépendance. Cela lui aurait été suggéré par quelques compañeros et soldats cubains. En effet, au sortir de la Révolution de 1959, le gouvernement communiste cubain soutient les peuples mozambicais. En choisissant ce nom, il rend hommage, de manière générale, à la culture africaine léguée à Cuba. 'Pello' expliqua aussi qu'il voulait lui donner un nom associé à une toute petite chose, un petit pays méconnu. Ainsi, le succès de son rythme permettrait de le médiatiser. D'autres disent que 'Pello' aurait simplement vu ce nom sur une carte et s'en était souvenu.

Pedro 'Peruchín' Justiz reprit le Mozambique et l'arrangea pour un grand orchestre en y adaptant des tumbaos de basse et de piano. Peu après, 'Pello' introduit lui-aussi sur scène ces 2 instruments dans sa formation.

En 1965, en pleine apogée du Mozambique, 'Pello' part en tournée en France avec le Gran Music-Hall de Cuba. Il passe à l'Olympia en 1965. Il poursuit en Europe.

Le programme "Ritmos de Juventud" durera 4 ans. 'Pello' compose de nombreux titres dont Iliana quiere chcolate, Mozambique, Nace en Cuba el Mozambique, Quiéreme como te quiero, Jacinto y Pepe, Y yo que voy a hacer, Mozambique Internacional, Camina como cómico, Teresa et le très célèbre María Caracoles avec Pío Leiva.

Le Mozambique, pourtant très populaire auprès des danseurs, se heurte en 1968 à la fermeture de tous les night-clubs et dancings populaires pour un an en raison de la pénurie d'énergie et d'approvisionnement en boissons, cigarettes... Ceci porte préjudice au Mozambique, le coupant de son public. À la fin des années 1960, le rythme tombe dans l'oubli même si 'Pello' continue à le promouvoir. Durant le Festival Diáspora de 1979, il présente son Mozambique au Carnegie Hall de New-York. De même, Francisco Olivero crée en 1968 le Mozanchá ou Mozan-Chá par mélange avec le Cha Cha Chá. L'Orquesta Aragón l'intègre dans son répertoire. Plus tard, le mélange entre Songo et Mozambique mène au Songambique.

Aujourd'hui, son petit-fils Omar Merencio 'Afrokán Junior' Izquierdo a formé un groupe afin de redonner au Mozambique le succès qu'il connut en 1963.

5.3.2. Le Mozambique aux États-Unis.

Dans les années 1960, Cuba est complètement coupé des États-Unis à cause du bloqueo. Bien que connu en Europe, le Mozambique reste inconnu du public américain. La radio de la Havane parvient tout de même aux USA et les musiciens new-yorkais découvrent ce rythme qui fait fureur à Cuba. Le timbalero José Manuel 'Manny' Oquéndo, qui vit à Long Island, capte fréquemment les émissions broadcastées depuis l'île durant la nuit. 'Manny' développe le rythme pour les timbales. Le conguero Tommy Lopez y rajoute une partie de tumbadora. Ces 2 percussionnistes, membres de l'orchestre La perfecta, persuadent son directeur, le pianiste Eddie Palmierie, d'incorporer ce nouveau rythme ainsi que d'autres rythmes cubains dans le répertoire de la formation. Adapté pour un format musical simplifié par rapport à l'ensemble de 'Pello', ce rythme prend le nom de New-York Mozambique ou parfois Ritmo azúcar (du nom d'un album d'Eddie Palmieri).

Mozambique - Eddie Palmieri

Eddie Palmieri

La perfecta vend des millions d'exemplaires de l'album "Mambo con Conga is Mozambique", paru en 1965. Le New-York Mozambique connaît un franc succès et envahit les salles de danse de New-York. Il devient très rapidement le rythme des jam sessions, aussi appelées mambo sessions. Le rythme de 'Manny' fait partie du répertoire de tout timbalero et eut une grande influence sur la musique contemporaine et américaine. Le musicologue Luis Tamargo nous apprend dans son article "Pello el Afrokán: el sabor que canta" qu'Eddie Palmieri tenta de le diffuser comme sien.

Le New-York Mozambique fut utilisé dans divers contextes Rock ou Funk. On peut citer le célèbre groove du batteur Steve Gadd pour le titre Late in the evening chanté par Paul Simon's ou le titre Spain interprété par Al Jarreau. On peut également citer les batteurs Frank Malabe, Chuck Silverman ou Dave Weckl. En 1976, Carlos Alberto Santana Barragán joue une version avec orgue, batterie et guitare électrique de María caracoles. En 1981, le percussionniste Ángel Rubén 'Cachete' Maldonado Cruz grave un Mozambique-Son intitulé La pillé.

Mozambique - Steve Gadd

Steve Gadd

5.3.3. L'instrumentation.

Le Mozambique utilisait au départ une formation de Conga de Comparsa, vaste groupe de percussion : congas, bombos, saternes, cloches, caisse claires... et de cuivres : trompettes, trombones...

Ensuite, il s'est structuré autour de 12 tumbadoras, 2 bombos, 3 campanas, un sartén (poêle à frire), 4 trompettes et 3 trombones.

Le New-York Mozambique se joue avec des congas, des timbales, des bongos, une clave, une cloche et parfois un güiro ou un chekeré.

5.3.4. Le rythme.

Le Mozambique.

Le Mozambique de 'Pello' est basé sur la clave rumba 2/3. La partie de cloche joue un rôle complémentaire.

Mozambique (cloche)

Mozambique (cloche)

  Extraits sonores  

Chaque instrument joue une partie spécifique qui s'articule autour du rythme de clave. La première partie de conga est la partie spécifique du Mozambique, jouée sur 2 congas. Voici un exemple proposé par Leandro 'Leo' Moré, accompagné par une clave rumba 3/2 :

Mozambique (conga 1)

Mozambique (conga 1)

  Extraits sonores  

La seconde, appliquée sur 2 congas, est très proche du rythme qui sera plus tard appelé le Songo. Voici un exemple proposé par Leandro 'Leo' Moré, accompagné par une clave rumba 3/2 :

Mozambique (conga 2)

Mozambique (conga 2)

  Extraits sonores  

La troisième, jouée sur un seul conga, rappelle le surdo de la Samba. Voici un exemple proposé par Leandro 'Leo' Moré, accompagné par une clave rumba 3/2 :

Mozambique (conga 3)

Mozambique (conga 3)

  Extraits sonores  

Le premier bombo joue la rythmique suivante, accompagnée par une clave rumba 2/3 :

Mozambique (bombo 1)

Mozambique (bombo 1)

  Extraits sonores  

Le second bombo complète avec le schéma rythmique suivant, accompagné par une clave rumba 2/3 :

Mozambique (bombo 2)

Mozambique (bombo 2)

  Extraits sonores  

Le New-York Mozambique.

Le New-York Mozambique, adaptation et simplification du rythme de la Conga cubaine, est quant à lui basé sur la clave de son. Le Mozambique et le New-York Mozambique, bien que tout deux basés sur la Conga, ont une sonorité distincte. 'Manny' Oquéndo choisit de jouer à la main droite un rythme complémentaire de la clave sur la cloche. Ce schéma rythmique serait hérité du rythme dit cáscara du Guaguancó que l'on retrouve aussi dans la Conga (cloche agogo) de la Havane. John Santos explique qu'il aurait été introduit par Julio 'Julito' Collazo, timbalero ayant précédé 'Manny', dans le répertoire de l'orchestre d'Eddie Palmieri. De la main gauche, 'Manny' transcrivit la partie de bombo sur la hembra (grand fût) des timbales qu'il complétait avec un jeu sur le macho (petit fût) pour varier les sonorités.

New-York Mozambique (cloche)

New-York Mozambique (cloche)

  Extraits sonores  

Il n'a pas de partie de conga spécifique. Tommy Lopez répétait sur un seul conga un rythme qui ne reproduit qu'une partie de l'original. Il se limite à une clave alors que le rythme de 'Pello' s'étend sur 2. Lorsque Tommy Lopez faisait un solo, le tromboniste Barry Rogers le soutenait par un rythme d'assise joué sur un autre conga.

New-York Mozambique (conga)

New-York Mozambique (conga)

  Extraits sonores  

Le New-York Mozambique à la batterie.

Voici un exemple du Mozambique tel que proposé par Steve Gadd :

Mozambique Steve Gadd (batterie)

Mozambique Steve Gadd (batterie)

  Extraits sonores  

Steve Gadd se serait inspiré d'un schéma rythmique que Mongo Jerry, percussionniste de Santana, lui aurait montré.

5.3.5. À voir.

5.3.6. À écouter.

  • María Caracoles de 'Pello' et Pío Leyva - Mozambique
  • Ritmo Mozambique de 'Pello' - Mozambique
  • Oyeme de 'Pello' - Mozambique
  • El Mozambique nace en Cuba de 'Pello' - Mozambique
  • Mozambique no te agites de l'Orquesta Sensación - Mozambique

5.3.7. Références.

Le Mozambique :

'Pello el Afrokán' :

'Manny' Oquéndo :

Site XHTML 1.1 et CSS valide - Javascript conseillé (fond_page.png)