Image d'entête (header.png)
Titre : Section musique (titre_musique.png) Retour au sommaire

3.1.9. Oyá.

   

3.1.9.1. Présentation générale.

Oyá ou Oiá fait partie des Orishas majeurs. Elle a une forte relation avec Ikú, la divinité de la mort et exerce un pouvoir spécial sur les Eggúns (qui représentent l'esprit des morts) car elle est la mère de 9 d'entre eux. Elle représente le monde des morts et la réincarnation des ancêtres. Avec ses sœurs Obba et Yewá, Oyá fait partie de la trilogie des Orishas muerteras (Orishas associés à la mort). Elle vit, avec celles-ci, près de la porte et aux alentours des cimetières (souvent surnommés ile yansan, la maison d'Oyá) dont elle est, contrairement aux deux autres, la gardienne. Elle est donc la maîtresse des morts que l'on invoque pour sauver quelqu'un de la mort ou pour éloigner la présence de la mort parmi les vivants. C'est le seul Orisha qui a le pouvoir sur la mort.

Oyá protège des blessures et des chocs dus aux décharges électriques et aux vents violents.

Oyá

Oyá

Oyá possède un caractère violent et impétueux. C'est ainsi qu'elle est aussi maître des tempêtes, des vents forts et violents et des éclairs. Avec Elegguá, Orunmilá et Obbatalá, elle domine les 4 vents.

Elle aime la guerre et accompagne souvent Changó dans ses combats. Elle a l'habitude d'accourir avec une armée d'Eggúns. Elle se défend avec 2 épées et anéantit ses ennemis avec son éclair.

Elle symbolise également la perte de la mémoire, les pensées sombres et le sentiment de surpoids des femmes.

Elle se nomme Oyá Yansá. Oyá vient des mots yoruba "Oló" (la maîtresse) et "Oya" (obscurité). Yansá vient de "Iyá" (la mère), de "Omó" (les fils) et de "Mesá" (qui signifie le chiffre 9). Oyá porte aussi les noms (caminos) de :

Afficher les caminos...

Oyá est dérivée d'une ancienne divité africaine, Nyale, déesse de la tempête née dans le hauteurs du Niger. Nyale, considérée comme la divinité créatrice du peuple Bambara, est surnommée 'la tempête aride'. Nyale est vue comme la représentation de la rébellion féministe et celle qui donne des pouvoirs magiques aux femmes. Elle vient d'Ira (Nigéria) et est reine de Koso. Dans la règle Palo, elle porte le nom de Centella. Dans l'Umbanda brésilien, elle est représentée par Saint Barbara.

Les "fils" d'Oyá sont de nature calme et dotés d'un caractère tranquille comme la brise. Cependant, quand ils s'énervent, ils laissent éclater leur colère comme une tempête. Tel le vent, ils n'aiment pas être enfermés. Le quotidien routinier et monotone les ennuie. Ils peuvent être extrêmement fidèles mais aussi avoir des liaisons extra-conjugales. Dans tous les cas, ils sont très jaloux.

3.1.9.2. Histoire.

Histoire d'Oyá.

Oyá est la fille d'Obbatalá et de Yembó (ou Yemú). Elle a 3 sœurs, Yemayá, Ochún et Ayaó. Elle est l'épouse d'Oggún. Elle est aussi l'amante de Changó.

Selon la mythologie, elle vient de Nupé, au nord de Yorubaland. Elle a du sang royal. Dans les temps anciens, Nupé était menacé. Le roi demanda à ses orcales comment se protéger d'une invasion. Ils lui répondirent qu'il devait trouver une vierge qui déchirerait un vêtement noir en deux parties. Le roi choisit sa fille préférée. Elle déchira un tissu en deux morceaux et les laissa tomber au sol. Instantanément, le grand fleuve Niger naquit, offrant à Nupé une formidable ceinture de protection que les envahisseurs ne pouvaient traverser. Le Niger est appelé Odó Oyá et est considéré comme la maison d'Oyá. Littéralement, Oyá signifie "elle déchire".

Patakí (histoire) sur Oyá et ses sœurs Yemayá et Ochún.

Afficher le patakí...

Il y a longtemps, 3 sœurs, Yemayá, Ochún et Oyá, vivaient dans une tribu. Bien que pauvres, elles étaient heureuses. Yemayá, la plus âgée, subvenait aux besoins de ses 2 sœurs en partant pêcher en haute mer pendant plusieurs jours. Durant son absence, Ochún veillait sur Oyá, la plus jeune. En même temps, elle pêchait aussi et ramassait des pierres précieuses qu'elle vendait. L'amour qu'elle se portaient mutuellement était énorme.

Un jour, une tribu ennemie envahit leur village et captura Oyá. Ochún, partie pêcher, était en train de plonger et ne put entendre les cris d'Oyá. De même, Yemayá, qui était au loin, en plein mer, ne se rendit pas compte des appels de sa sœur. Oyá fut donc emmenée, captive.

À son retour, Ochún, découvrant la disparition de sa sœur, sombra dans la mélancolie et commença à perdre goût à la vie. Cependant, une rançon avait été demandée. Ochún commença alors à économiser des pièces de cuivre, jusqu'à ce que la somme soit suffisante pour faire libérer Oyá. Entre temps, le chef de la tribu ennemi, qui tomba amoureux d'Ochún, décida de doubler le prix de la rançon, sachant que les sœurs étaient trop pauvres pour payer. Ochún s'agenouilla, pleura, supplia. Le chef lui demanda sa virginité en échange de la liberté de sa sœur. Par amour pour Oyá, elle accepta.

De retour chez elles, Oyá et Ochún racontèrent tout ce qui s'était passé à Yemayá. Pour qu'Oyá n'oublie jamais le sacrifice de sa sœur, Yemayá orna sa tête et ses bras de pièces de cuivre.

Pendant sa captivité, Olofin, roi du village, avait partagé ses biens terrestres entre les habitants de la tribu : à Yemayá, il avait offert les mers, à Ochún, les rivières, à Oggún, les métaux... Oyá absente, il l'oublia. Ochún implora Olofin afin qu'il inclue sa sœur dans son partage. Ce dernier admit la justesse de sa demande et lui attribua le cimetière, seul bien non-alloué. Depuis, Oyá utilise des instruments en cuivre pour montrer sa reconnaissance envers Ochún et mange au bord de la rivière, propriété de celle-ci.

Patakí entre Oyá et Changó.

Afficher le patakí...

Il existe plusieurs patakís qui racontent la relation entre Oyá et de Changó. En voici une première.

Oyá était mariée à Oggún mais, un jour, elle tomba amoureuse de Changó. Celui-ci l'enleva, entraînant une immense haine entre les 2 Orishas.

Un jour, dans une fête, Changó se montra particulièrement agité. Il fut alors pris et enfermé dans un cachot avec 7 tours de clés. Changó avait laissé son pilon dans la maison d'Oyá. Les jours passèrent et comme Changó ne venait pas, Oyá remua le pilon et vit son amant emprisonné. Elle chanta alors ceci :

C'est alors que le chiffre 7 se forma dans le ciel. L'éclair brisa les grilles de la prison et Changó s'échappa. Il vit alors Oyá arrivant du ciel dans un tourbillon. Elle l'arracha à la terre. Jusqu'à ce jour, Changó ne savait pas qu'Oyá maîtrisait les éclairs. À partir de ce moment, il commença à la respecter.

Autre patakí entre Oyá et Changó.

Afficher le patakí...

Il y a longtemps, Changó était mêlé à une guerre sans fin. Il avait déjà combattu pendant plusieurs jours et tués de nombreux ennemis. Cependant, il en venait encore et toujours, plus qu'il ne pouvait en tuer. Il se retrouva entouré d'adversaires, au milieu de la forêt. Il appela alors Enchinle mais découvert qu'il avait perdu ses fameux chevaux magiques dans l'affrontement. Changó se refusa à crier une nouvelle fois de peur d'être repéré par les ennemis qu'il pouvait entendre, abattant les buissons et seconant les arbres afin de le retrouver. S'ils le trouvaient, il le tueraient sans hésiter.

Sans Enchinle, Changó devait traverser les ravins et se camoufler avec la boue de la rivière pour se cacher de ses ennemis. Les jours passèrent. Ses impitoyables adversaires ne s'arrêtant jamais pour faire une pause. Il ne mangeaient pas. Changó, exténué et meurtri devait continuer de courir sans relâche et sans nourriture.

Il courut inlassablement jusqu'au lieu où vivait Oyá, au fin fond de la forêt. Très peu de personnes savaient qu'elle était la femme de Changó. Arrivant à la demeure de sa compagne, il frappa à la porte. Elle ouvrit et le vit contusionné, coupé et haletant. Elle lui demanda alors comment tout ceci lui était arrivé. Changó expliqua qu'il avait été encerclé et que ses ennemis voulaient le pendre à un arbre. Oyá le fit entrer. Changó ajouta que ses éclairs n'étaient plus efficace face à ses adversaires. Elle le réprimanda : "Cela vient du fait que tu manques de courage pour le combat". Oyá lui donna à boire et à manger. Changó répondit qu'il ne manquait pas de courage mais qu'il était plutôt trop fatigué. Oyá lui demanda alors ce qu'elle pouvait faire pour lui. Ce dernier lui révéla qu'il souhaiterait pouvoir s'échapper de l'oppression mortelle menée par ses ennemis afin de pouvoir prendre du repos et dormir. Il aurait ainsi la possibilité de recouvrer toutes ses forces et de terrasser ses adversaires.

Changó, qui avait toujours combattu tout seul, ravala son orgueil et supplia Oyá afin que celle-ci lui apporte de l'aide. Cette dernière, qui n'apprécia pas que son époux ne lui rende visite que quand il nécessitait un soutien, réfléchit longtemps. Finalement, elle lui dit qu'à la tombée de la nuit, il pourrait se vêtir d'une de ses robes. Ce déguisement lui permettrait de s'échapper. Changó s'exclama : "ils vont toujours reconnaître mon visage". Oyá proposa qu'elle se coupe des cheveux que son époux pourrait se mettre sur la tête. Il pourrait ainsi compléter son déguisement. Elle termina en lui disant qu'elle coupait ses cheveux afin de sauver la vie de son roi.

Ils veillèrent jusqu'à la nuit. Oyá n'alluma pas de feu. Elle avait peur que la fumée de sa cheminée n'oriente les ennemis de Changó. Au coucher du soleil et avant l'apparition de la lune, Oyá coupa quelques uns de ses beaux cheveux et les accrocha sur la tête de Changó. Ce dernier, peu habitué à avoir de longs cheveux, ne sut pas quoi en faire ; ils tombaient sur ses yeux, entraient dans ses oreilles... Oyá le fit asseoir et lui noua 2 tresses. Elle lui indiqua une robe en lui demandant de la mettre rapidement avant que la lune n'apparaisse. Changó s'empêtra dans la robe. Oyá lui demanda de rester debout afin qu'elle se charge de le vêtir. Finalement, Changó fut une pâle copie d'Oyá.

Oyá s'approcha de la porte et scruta le moindre signe. Ne voyant rien, elle le pressa de s'enfuir. Changó sortit, imitant l'élégante démarche d'Oyá. Il marcha jusqu'à la forêt et atteint la zone de recherche de ses ennemis. Il les salua d'une inclinaison impériale de tête et continua. À cause de sa roue trop grave, il ne parla pas. De cette manière, il s'échappa avec succès.

Une fois suffisamment éloigné de la forêt, il prépara un camps. Il se reposa et dormit. Il mangea afin de reprendre des forces et pouvoir se batter à nouveau. Echinle réussit à retrouver son maître. Changó le nourrit et le pansa. Quelques jour plus tard, Changó put remonter sur Echinle, reposé et guéri. Changó s'écria alors : "c'est l'heure de tuer !". Il enfourcha sa monture et gallopa en direction de ses ennemis.

Il atteint le camp de ses adversaire à l'aube. Il se rua sur eux plein de furie. Des éclairs sortaient de ses mains. Il poussait des cris de combattant déchaîné. Il était toujours vêtu comme une femme. Voyant cette effrayante apparition, avec de longs chevaux flottant au vent, ils crurent qu'Oyá s'était transformée en Changó. Ils paniquèrent.

Au même moment, derrière eux, Oyá sortit de sa maison, lourdement armée, et commença à brandir et agiter dans tous les sens sa hache. Ses cheveux courts hérissés produisant des arcs électriques. Tout en coupant des bras et des jambes, elle cria : "si Oyá aide Changó, la victoire est certaine !".

Changó et Oyá furent victorieux. Depuis cette bataille, elle est devenue son inséparable compagnon de guerre. La foudre de Changó alliée à l'éclair d'Oyá les rendent invincibles. Ceci n'a toujours pas été démenti.

3.1.9.3. Ses attributs.

Oyá est en général représentée comme étant une belle femme.

Ses couleurs sont le rouge vin, le marron ou le carmélite et 9 autres couleurs excepté le noir (c'est en fait une représentation des couleurs de l'arc-en-ciel). Elle est vêtue d'une jupe composée de 9 chiffons ou foulards de différentes couleurs qui pendent librement. Le reste de ses vêtements est fait de crinoline ou cretonne à fleurs. Sur la tête, elle porte un foulard de 9 couleurs. Elle est également coiffée d'une couronne à 9 pointes desquelles pendent 9 bracelets de cuivre et 9 pièces : une bêche, un pic, une gourde, un éclair, une faux, un bâton, un râteau, une hache et une houe. Parfois, elle est habillée d'une jupe, appelée yagua ou iagua, faite de fibres de palmier royal (palma real) séchées le jour même. Elle peut être décordée de franges de mariwó. Elle porte 9 bracelets en cuivre.

Elle porte un eleke (collier) composé d'une perle carmélite ou rouge foncé rayée de blanc et de noir séparée de la suivante par 9 perles carmélites ou rouge foncé. Parfois, il est formé d'une répétition de 9 perles blanches, 9 perles noires, une perle blanche et une perle noire. On peut aussi le voir constitué de perles couleur lila rayées de jaune.

Son objet de pouvoir est une sorte de fouet appelé iruké fait avec le crin de la queue d'un cheval noir. Il peut être décoré de perles de son collier. L'éclair est aussi un de ses attributs caractéristiques. Ses principaux attributs sont : les outils de travail (la faux, la houe, le râteau, la hache, le bâton, la bêche, le pic...) et les instruments de guerre (l'épée, le bouclier, le sabre...). On peut aussi ajouter une poignée d'escargots.

On lui sacrifie par immolation des chèvres, des poules, des pintades ou des colombes, toutes de couleur obscure. Certains disent qu'Oyá ne mange pas d'animaux avec 4 pattes. Les offrandes (addimú) qui lui sont faites sont de l'ekru-aro (fêves de cornille non-pelées et cuisinées au bain-marie), du caïnitier, des aubergines, des pommes de terre douces, des bananes indiennes, du pain de haricots carita (rouge), du riz blanc avec des aubergines, des noix de coco, du maïs grillé, du beurre de cacao, de l'huile de palme ou des raisins. Ceci est accompagné de chequete (boisson à base de maïs fermenté). L'eau doit être de l'eau de pluie. Les offrandes sont pour la plus part des fruits et légumes de la couleur de l'aubergine.

Les plantes (ewes) associées à Oyá sont :

Afficher les ewes...

Oyá ne n'invoque pas (no se asienta). On la salue grâce à la formule suivante : ¡Jekua Jey Yansá!

On appelle Oyá en agitant un achere (sorte de hochet) constitué par le fruit du flamboyant (longue cosse qui contient des graines qui, en s'entrechoquant, produisent un son). Oyá réside dans une soupière en porcelaine peinte de 9 couleurs (sauf le noir).

Oyá - Réceptacle

Réceptacle pour Oyá

Toute personne qui, dans une cérémonie, utilise une partie ou la totalité d'un corps mort, doit le payer à Oyá en lui rendant hommage. Lorsque quelque chose est hanté, Oyá est invoquée afin de chasser l'esprit. Des sacrifices sont faits pour s'assurer des faveurs de celle-ci.

Elle a un visage tellement effrayant que quiconque la regarde devient fou et aveugle. Dans les cérémonies, personne ne pose le regard sur elle. Quand elle possède quelqu'un, il peut prendre du charbon brûlant à main nue.

Ses chiffres sont le 9 ainsi que ses multiples. Son jour est le vendredi (jour choisi par les Orishas pour infliger les châtiments à ceux qui n'ont pas respecté la loi) et son jour saint est le 2 février.

3.1.9.4. Syncrétisme.

Oyá est associée à la Virgen de la Candelaria (qui se traduit mot à mot par la Vierge de la Chandeleur) ou, à Matanzas, à Santa Teresa de Ávila (Sainte Thérèse d'Avila) qui porte aussi le nom de Santa Teresa de Jesús.

3.1.9.5. Les chants.

Francisco Aguabella dans Cantos a los Orishas :

Afficher le chant...

Chant de Lázaro Ros :

Afficher le chant...

Beaucoup de chants peuvent se retrouver sur le site furius.ca.

3.1.9.6. Les toques.

Durant les güemileres (cérémonies religieuses), Oyá ne doit pas être invoquée en même temps que Yemayá de peur qu'elles ne se battent entre elles. Une histoire raconte que Yemayá était à l'origine chargée de veiller sur les cimetières alors qu'Oyá était la maîtresse des océans. Yemayá piégea Oyá en échangeant leurs domaines de pouvoir. Ensuite, Yemayá refusa de rendre les océans à Oyá, chose que cette dernière n'a jamais oublié. Une autre histoire dit que Changó, le second mari d'Oyá, après Oggún, eut des relations avec Yemayá et Ochún, ce qui n'arrange pas les affaires entre Oyá et Yemayá.

Durant l'Oru Seco, on lui dédie un toque de 6 rythmes parfois appelé Oyá por derecho, Oyá recto, bayuba kanté ou bayuba ka nte (bájúbà kantẹ́ en langue locale) :

Des partitions concernant quelques toques peuvent être trouvées sur le site CityPercussion.

3.1.9.7. À écouter.

Le plus grand chanteur est certainement Lázaro Ross. Je vous conseille de l'écouter avec le Conjunto Folklórico Nacional de Cuba. Il a consacré un disque à Oyá intitulé "Orisha Aye - Oya". Le projet Abbilona a également enregistré un disque pour cet Orisha. Francisco Aguabella est également une bonne source d'inspiration avec son album Cantos a los Orishas.

De nombreux morceaux sont également en écoute libre sur le site Olofin.

3.1.9.8. À voir.

3.1.9.9. Références.

Site XHTML 1.1 et CSS valide - Javascript conseillé (fond_page.png)