Image d'entête (header.png)
Titre : Section musique (titre_musique.png) Retour au sommaire

12.43. La Zarzuela.

   

12.43.1. Les origines de la Zarzuela.

La Zarzuela est une forme musicale née en Espagne sous le règne de Felipe VI, au milieu du 17ème siècle. Ce monarque, grand amateur de théâtre, payait des compagnies madrilènes pour présenter des œuvres dans lesquelles alternaient le chant avec des passages parlés. La Zarzuela se définit comme un intermédiaire entre le théâtre de comédie et l'Opéra. Moins riche en termes de musiques et de paroles que ce dernier, elle peut être définie comme une forme espagnole de l'Opérette. La différence majeure avec l'Opéra réside dans la présence de sections parlées.

Le mot "zarzuela" viendrait du nom du Palacio de la Zarzuela, pavillon de chasse proche de Madrid et entouré de zarzas (ronces) qui abrita le théâtre dans lequel furent jouées les premières représentations qui ont donné naissance à ce genre. Petit à petit, les festivités qu'il accueillait prirent le nom de fiestas en la Zarzuelas puis Zarzuelas.

Les premiers antécédents connus de la Zarzuela sont La selva sin amor écrite en 1629 par Félix Lope de Vega y Carpio, qui innove en introduisant un orchestre dans sa comédie, ou El jardín de Falerina (1648), La fiera, el rayo y la piedra (1652) et Fortunas de Andrómeda y Perseo (1653) de Pedro Calderón de la Barca. La première œuvre que l'on peut désigner comme Zazuela est El golfo de las sirenas produite par Pedro Calderón de la Barca en 1657. Puis, la même année, ce dernier compose la pièce El Laurel de Apolo pour la naissance du prince Felipe Próspero de Austria, fils du roi Philippe IV et de la reine Mariana de Austria. Initialement jouée dans le petit théâtre du Palacio Real de la Zarzuela, elle est traditionnellement considérée comme la première œuvre de Zarzuela. Selon les musicologues, ce fut la première composition qui fut qualifiée de Zarzuela par son auteur. La musique est élaborée comme pour beaucoup de ces pièces par Juan Hidalgo de Polanco.

Les Zarzuelas écrites entre 1630 et 1750 sont désignée par l'appellation Zarzuelas baroques. Leur thème est extrait de la légende et de la mythologie (dieux, demi-dieux, rois, nymphes, créatures mythiques, personnages de la comédie rustique et pastorale). Elles mélangent les dialogues en vers et les solos sous forme d'air d'Opéra avec la chanson populaire et les danses.

La première œuvre dont nous avons pu conserver la musique est Los celos hacen estrellas composée en 1672 par Juan Hidalgo de Polanco et Juan Crisóstomo Vélez de Guevara. Cette pièce permet de donner une idée des premières Zarzuelas.

Au 18ème siècle, durant la dynastie des Bourbons, les styles italiens deviennent à la mode dans diverses manifestations artistiques comme la musique, la danse ou le théâtre. Les musiciens espagnols sont obligés d'adapter les schémas italiens à la Zarzuela qui se rapproche alors de l'Opéra italien. Ses textes restent cependant en espagnol. Des œuvres comme Veneno es de amor la envidia de Sebastián Durón ou Júpiter y Danae (1708) et Acis y Galatea (1708) d'Antonio de Literes en sont quelques exemples. Après l'arrivée de Carlos III au pouvoir, en 1759, les problèmes politiques provoquent une série de révoltes contre ses ministres italiens. Ce rejet des influences italiennes se retrouve aussi dans le théâtre et la tradition espagnole regagne un second souffle. Antonio Rodríguez de Hita collabore avec le sainetero Ramón de la Cruz pour créer la première Zarzuela vraiment nationale, Las segadoras de Vallecas (1768), dont le thème s'inspire de la vie du peuple à l'image du costumbrismo (courant artistique prétendant faire de l'œuvre d'art un reflet fidèle des coutumes et usages sociaux).

La Zarzuela connaît son heure de gloire à partir de 1839 avec les musiciens Francisco Asenjo Barbieri (Pan y toros, Jugar con fuego, Los diamantes de la corona, El barberillo de Lavapiés ou Aventura de un cantante) et Joaquín Romualdo Gaztambide y Garbayo (El juramento). Ces auteurs patriotiques voient dans ce style une manière d'échapper à l'hégémonie musicale française et italienne. Les éléments caractéristiques de la Zarzuela se figent et elle prend sa forme finale : solos chantés et chœurs, assaisonnés de scènes parlées, de chansons comiques ou de contenu sexuel et de danses. Elles sont généralement interprétées en duo. Les variantes régionales prolifèrent et les textes s'enrichissent d'expressions locales et de jargon populaire pour assurer que leur interprétation soit un succès. De 1850 jusqu'en 1950, la Zarzuela sera dite romántica.

Après La Gloriosa, révolution de 1868, l'Espagne connaît une crise économique grave. Le public ne peut plus se payer des places de théâtre pour des représentations grandioses dont le prix est élevé. Les teatros variedades (théâtres de variété) de Madrid, qui proposent des prix peu élevés pour des saynètes en un acte, connaissent un grand succès. Les compositeurs de Zarzuela s'empressent de s'emparer de cette forme de "théâtre d'une heure". Ces Zarzuelas en un acte prennent le nom de Género Chico ou plus rarement Zarzuelita alors que les œuvres en 3 actes de la moitié du 19ème siècle, pouvant durer jusqu'à 4 heures, sont appelées Género grande. La Zarzuela grande tente de résister au Teatro de la Zarzuela de Madrid mais ne connaît que peu de succès et le public est peu nombreux. Un nouveau théâtre, l'Apolo, ouvre en 1873 et essaye de présenter des Zarzuelas grandes. Après un échec, il triomphe en proposant des pièces de Género Chico à la fin des années 1870 d'où son surnom "la catedral del género chico". Les thèmes du Género Chico reflètent la vie quotidienne et cette variante s'enracine dans les couches populaires.

Parmi les grands compositeurs de la seconde moitié du 19ème siècle, on peut citer : Pascual Juan Emilio Arrieta Corera (Marina, El grumete ou Guerra a muerte), Federico Chueca (La Gran Vía ou Agua, azucarillos y aguardiente), Ruperto Chapí Lorente (La tempestad, La bruja ou La revoltosa), Manuel Fernández Caballero (El dúo de la africana ou Gigantes y cabezudos) ou Tomás Bretón y Hernández (La verbena de la Paloma, 1894). Avec des œuvres comme La canción del olvido, Alma de dios, Los claveles ou La dolorosa, José Serrano représente un pont stylistique vers la Zarzuela plus musicalement sophistiquée du siècle suivant.

Au cours des premières années du 20ème siècle, la forme Género Chico agonise, le public réclame des pièces en plusieurs actes. Des œuvres de grande qualité musicale sont composées par Amadeo Vives Roig (Doña Francisquita) et Fernández Caballero (Gigantes y Cabezudos). La Zarzuela se maintient avec ces productions qui, parfois, s'adapte à la structure musicale de l'Opéra italien, grâce à des auteurs comme Francisco Alonso López, José Padilla, Pablo Sorozábal, Federico Moreno Torroba (Luisa Fernanda), Rafael Calleja Gómez, Jacinto Guerrero Torres, Jesús Guridi Bidaola (El caserío) ou José María Usandizaga (Las golondrinas).

Dans les premières années du 20ème siècle, une forme de divertissement de type revista émerge et reçoit le nom de Género Ínfimo. Ces représentations musicales proches de la Zarzuela de type Género Chico sont plus légères, audacieuses et brillantes. La critique sociale est accentuée. Elles incluent plus de scènes dites "verdes" c'est-à-dire contenant des thèmes sexuels et des textes farcis de double sens. La plupart intègrent des cuplés (couplets). La corte del Faraón (1910) de Vicente Lleó, basée sur l'Opérette française Madame Putiphar, est une des grandes œuvres de ce genre. Le public relaie ces chansons qui entrent dans la culture populaire.

La guerre espagnole ouvre une parenthèse pour toutes les formes de la Zarzuela et la période après-guerre est un moment de décadence presque totale pour la Zarzuela. Ce genre musical ne connaît pas de renouveau. D'autre part, les représentations de pièces existantes coûtent cher et sont donc rares ou à l'affiche pour de courtes durées. Le genre décline rapidement et les dernières Zarzuelas romantiques sont représentées dans les années 1950.

Dans les années 1950, la Zarzuela retrouva un regain d'intérêt grâce à une série d'enregistrements, la plupart dirigés par le musicien espagnol Ataúlfo Argenta. Les plus belles voix du moment, mondialement connues, apparaissent sur ces disques : Teresa Berganza, Manuel Ausensi i Albalat, Lorenza Pilar García Seta, Ana María Beruete Iriarte ou Carlos Munguía. On y retrouve également les chœurs de l'Orfeón Donostiarra et du Coro de Cantores de Madrid. Suite à la mort d'Ataúlfo Argenta, dans les années 1960, des directeurs comme Indalecio Cisneros ou Enrique García Asensio prennent le relai. Certains enregistrements sont même menés par les auteurs des pièces comme Pablo Sorozábal ou Federico Moreno Torroba, avec le soutien de la Radio Televisión Española. De grandes voix participent : Monserrat Caballé, Alfredo Kraus Trujillo, Plácido Domingo, Joan 'Juan' Pons Álvarez ou Luis Sagi-Vela.

Après la mort de Franco en 1975, l'intérêt pour la Zarzuela est renouvellé en Espagne. Il se nourrit de l'engouement du public européen, notamment des jeunes, pour les spectacles lyriques. Le producteur José Tamayo Rivas crée alors un spectacle théâtral intitulé Antología de la zarzuela. Cette grosse production reprend les sections les plus populaires du répertoire des Zarzuelas modernes. Durant plusieurs décennies, elle parcours le monde au cours de tournées internationales qui permettent de renouveler les numéros et de promouvoir divers chanteurs-vedettes. Les maisons de disques gravent des collections accompagnées de fascicules explicatifs de l'œuvre et de son auteur. La radio et la télévision dédient aussi du temps pour ces pièces. La TVE propose un programme qui reprend le nom de Antología de la zarzuela et connaît un franc succès.

12.43.2. La Zarzuela cubaine.

Durant la période coloniale, la Zarzuela se répand dans de nombreux pays hispaniques. Les premières traces de Zarzuela à Cuba coïncident avec l'ouverture du théâtre le Coliseo en 1776. En 1790, le premier numéro du journal Papel periódico de la Havane mentionne une compagnie espagnole qui y joue des tonadillas ponctuées de musiques et danses. On sait aussi qu'en 1791, une Zarzuela de Joseph Fallótico, El alcalde de Mairena, fut présentée à la Havane. Ensuite, les informations sur la période 1792 à 1800 sont rares. Puis, la Zarzuela, comme elle l'a fait en Espagne, décline jusqu'en 1830 face à la concurrence d'autres genres théâtraux comme la Tonadilla.

Au 19ème siècle, La Havane devient une place de théâtre majeure en Amérique latine. On dit alors que tout acteur ou compagnie lyrico-dramatique doit passer par la capitale pour triompher en Amérique latine. Manuel Fernández Caballero réside quelques années dans la province de Matanzas.

Durant la seconde moitié du 19ème siècle, Cuba bénéficie du renouveau de la Zarzuela en Espagne. En 1853, le Teatro Tacón de la Havane accueille la Zarzuela intitulée El duende de l'auteur espagnol Luis de Olona y Gaeta. À partir de ce moment, le Teatro Tacón présente nombre d'autres auteurs espagnols tels que Rafael Hernando, Mariano Soriano, Cristóbal Oudrid y Segura, Francisco Asenjo Barbieri, Joaquín Romualdo Gaztambide y Garbayo ou Pascual Juan Emilio Arrieta Corera. L'aristocratie espagnole et la bourgeoisie créole, qui financent ces somptueux spectacles lyriques, prennent goût pour ces activités culturelles qui deviennent vite une habitude. Tout d'abord, commencent à apparaître des pièces écrites à Cuba par des auteurs espagnols : Todos locos o ninguno (3 mars 1853) et Colegialas son colegiadas de José Freixes. Puis viennent des œuvres écrites par des Cubains incluant des musiques et des danses insulaires, aux caractéristiques propres, comme Apuros de un bautismo de Rafael Otero, Por los parneses de Romero ou El delirio paternal de José Robreño.

Contrairement aux pièces espagnoles, les Zarzuelas cubaines abordent des sujets liés à la période coloniale (exploitation, fierté nationale, révolution et lutte des classes). La variante insulaire va intégrer quelques personnages du théâtre Bufo dont le negrito et le gallego (immigré blanc d'origine espagnole) mais aussi en rajouter : le calesero (conducteur de calèche), le galán (don Juan), la damisela (damoiselle blanche) ou la mulata (mulâtre). Cette dernière, magnifique femme au destin tragique ou malheureux, sera l'un des personnages centraux de la Zarzuela. Le thème le plus récurrent la présente comme étant l'amante du señorito rico, fils du propriétaire de la raffinerie de sucre qui est pourtant l'époux d'une jeune demoiselle de sa clase sociale. Pour courtiser la mulâtre, il lui promettra le mariage, synonyme d'ascension sociale mais elle terminera trompée et victime ou actrice de la vengeance. Le final, truculent, mélange désillusions, passion, jalousie et larmes, soulignant le talent histrionique et musical des artistes.

En 1891, la Havane possède 2 théâtres lyriques (Teatro Tacón et Teatro Payret), 2 théâtres de Zarzuela (l'Albisu pour les péninsulaires et l'Alhambra pour les créoles) et l'Irijoa (ensuite renommé Teatro Martí). Le Teatro Villanueva suit le mouvement et présente également des pièces de Zarzuela. Rapidement, Santiago de Cuba reçoit également des auteurs comme José Robreño. Jusqu'aux premières décennies du 20ème siècle, la Zarzuela espagnole se maintient sur les scènes cubaines de tout le pays. En parallèle, la présence de la Zarzuela cubaine se fait de plus en plus forte et une génération de compositeurs cubains voit alors le jour : José Mauri Esteve (El sombrero de Felipe II, 1874), José Marín Varona, Gaspar Villate y Montes, Laureano Fuentes Matons, Eduardo Sánchez de Fuentes (Cuartel maestre en 1896, Los ríos de Perdihuela ambas en 1896, La doreya ou El caminante) ou Ignacio Cervantes Kawanagh (Exposición aussi appelée El submarino Peral).

Les années 1920 à 1930 représentent une période historique mouvementée pour le pays, politiquement, économiquement et culturellement. Les thèmes des Zarzuelas abandonnent un peu le domaine colonial pour se tourner vers l'identité nationale. En 1927, le compositeur Ernesto Lecuona propose la pièce Niña Rita, en collaboration avec Eliseo Grenet, pour la première saison du Teatro Regina. Les paroles sont écrites par Aurelio G. Riancho et Antonio Castells. Après ce premier succès, Ernesto Lecuona compose El cafetal en 1929 et Maria la O en 1930. Les compositeurs de Zarzuelas peuvent s'appuyer sur la radio pour diffuser leurs œuvres. Une période féconde s'ouvre au Teatro Martí entre le 7 août 1931 et le 2 novembre 1936 :

  • Julio Gonzalo Elías Roig Lobo : Cecilia Valdés (1932), El clarín (1932) ou La Habana de noche (1934) ;
  • Rodrigo Ricardo Prats Llorens : Soledad (1932), María Belén Chacón (1934), La perla del Caribe ou Amalia Batista (1936) ;
  • Ernesto Lecuona y Casado : La Habana de 1830 (1927), La tierra de Venus (1927, qui inclut le titre Canto siboney), El maizal (1928), El batey (1929), María la O (1930), Rosa la china (1932) ou Lola Cruz (1935) ;
  • Eliseo Grenet Sánchez : La virgen morena (1928) ;
  • Jorge Ankerman : La emperatriz del Pilar (1936).

L'une des plus grandes artistes de cette période est sans doute la grande mezzo-soprano Rita Montaner qui a incarné les chansons Ay, Mamá Inés issue de la pièce Niña Rita ou Siboney. Ces 2 morceaux sont inspirés par le Tango Congo. On peut également citer les chanteuses Rosario García Orellana, Hortensia Coalla, Josefina Zoila Gálvez Pérez, Caridad Suárez de la Fuente, Tomasita Núñez, Maruja González ou Marta Pérez et pour les hommes Francisco Naya, Francisco Fernández Dominicis, Mariano Meléndez Cabrera, Ramón Calzadilla, Emilio Medrano, José Le Matt ou Francisco Obregón.

Zarzuela - Rita Montaner

Rita Montaner

Les musicologues désignent régulièrement ce mouvement zarzulero de Zarzuela cubana de nuevo tipo ou Nueva Zarzuela cubana.

Jusque dans les années 1945, des auteurs continuent de composer de grandes œuvres du théâtre lyrique cubain :

  • Ernesto Lecuona : La de Jesús María (1941), La Plaza de la catedral (1941) ou Cuando La Habana era inglesa (1942) ;
  • Rodrigo Prats : El hijo de Obatala.

Puis, vient une période de décroissance du genre, tant pour la création que la représentation de ses pièces. Ceci coïncide avec la présidence de Rubén Fulgencio Batista y Zaldívar, caractérisée par une instabilité socio-économique et politique qui se maintint jusqu'à la Révolution de 1959. Suite à l'arrivée du gouvernement révolutionnaire au pouvoir, une forte politique en faveur de la culture est lancée. Le Teatro Lírico Nacional est crée le 11 septembre 1962. La compagnie qu'il abrite, entièrement composée d'artistes cubains, a pour mission la promotion de manifestations permettant de développer l'art lyrique. Elle permit de présenter au public de nombreuses Zarzuelas espagnoles et cubaines ainsi que des adaptations de pièces connues. Malgré cela, peu de nouvelles œuvres virent le jour. Les thèmes rappellent la révolution ou parlent du communisme. On peut tout de même citer :

  • El triumfo de la rebelión de Norman Milanés (musique) et Felipe Oliva (textes) en 1975 ;
  • La malquerida d'Humberto Lara en 1992 ;
  • Alánkoro, rencor y amor proposé en 1993 par Mike Romay au Festival Iberoamricano de la Zarzuela à la Havane ;
  • Realengo d'Humberto Lara en 2006.

Aujourd'hui, la Zarzuela est devenue un genre musical de second plan malgré les efforts de certains amateurs pour la faire revivre.

12.43.3. Références.

La Zarzuela :

Site XHTML 1.1 et CSS valide - Javascript conseillé (fond_page.png)